Les Courtisans font leur cinéma

Les Courtisans font leur cinéma

Les Courtisans font leur cinéma

Nous avons interviewé Camille et Jérémy, les fondateurs de l’association: Les Courtisans. Rencontre avec ces deux messins, amis de longue date et passionnés par le cinéma.

1. Pouvez-vous vous présenter ?
Camille : Nous sommes Jérémy et Camille, deux amis d’enfance de Borny-village, deux colocataires, deux passionnés de cinéma qui se sont retrouvés après différentes expériences universitaires et professionnelles sur une envie de projet en commun.

2. Quel est votre parcours ?
Camille : Jérémy est diplômé d’un Master à l’Institut Européen d’Audiovisuel et du Cinéma (IECA) de Nancy.
Jérémy : Camille est diplômée d’un double Master à Sciences Po Lille et à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Lille. Nos deux parcours sont donc très complémentaires au sein de ce projet, comme un vieux couple nous a t-on dit …

3. Pouvez-vous nous parler de votre association ?
Camille : Notre association est née après plusieurs soirées arrosées à refaire le monde et à parler de projets fifous irréalisables… Au final on s’est mis d’accord sur cette idée de cinéma itinérant pour porter le court métrage vers de nouveaux publics. C’est venu il y a environ un an, autour d’un beaujolais au Café Rubis… On a réussi à convaincre quelques proches de nous suivre et c’était parti. Après un an de boulot, on est vraiment contents de notre évolution, qui ne s’arrête pas.
Jérémy : L’association porte actuellement deux projets. Le projet Court-Toit qui correspond à des cinémas miniatures itinérants, des refuges pour les formats audiovisuels courts. Parallèlement nous mettons également en place des ateliers d’éducation à l’image. Nous avons par exemple réalisé un clip à la BAM avec des enfants qui jouaient le rôle de scénaristes, costumiers, cameramans, décorateurs, réalisateurs … : https://vimeo.com/135251618

4. Quand avez-vous eu la vocation de travailler dans le cinéma ?
Jérémy : J’ai commencé à étudier le cinéma dès le lycée et depuis je n’en démords pas. Mais j’avais envie de changer d’air et de revenir vers des projets plus personnels. J’ai par exemple travaillé en temps qu’assistant régie sur le tournage d’un film de Claude Lelouch et j’ai récemment obtenu un diplôme d’assistant réalisateur qui me permet de replonger vers mon cœur de métier.
Camille : Pour ma part le cinéma c’est plus un loisir, un moyen de découvrir des autres pays et de voyager facilement. Le court-métrage, c’est donc venu sur le tard, comme un moyen de découvrir encore plus d’univers, encore plus vite et de façon encore plus originale.

5. D’ou vient cette vocation?
Camille : Moi c’est clairement mes parents qui ont fait mon éducation de cinéphile et de curieuse culturelle en général. Ils m’ont appris à aimer les odeurs du Caméo-Ariel, à apprécier un film sans pop-corn et m’ont autorisé à aller au Kinépolis pour quand même voir les gros blockbusters, parce que ça fait du bien de craquer aussi.
Jérémy : Très tôt j’étais le mec derrière la caméra qui filmait ses potes en train de déconner. Du coup je suis aussi devenu le mec qui a les gros dossiers sur tout le monde… Je respecte le droit à l’image hein, mais je garde ça pour les futurs mariages et carrières politiques à stopper net. Au lycée (Lycom) j’ai ensuite suivi l’option audiovisuelle qui m’a donné envie de continuer dans cette voie.

6. Comment l’idée de créer votre association est-elle venue ?
Jérémy : La forme associative est venue assez directement. J’ai toujours beaucoup fréquenté des associations et porteurs de projet du monde associatif. C’est une forme qui permet d’initier beaucoup de projets et d’être soutenus par d’autres associations et institutions publiques.
Camille : Ensuite on a contacté différents accompagnateurs et conseillers du territoire, qui nous ont énormément aidé : Centre de Renseignement et d’Information Bureau d’Information Jeunesse (CRI-BIJ), Fédération des Œuvres Laïques de la Ligue de l’Enseignement, Carrefour des Organisations Jeunesse Education Populaire (COJEP), Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS), Conseil Régional …

11230657_426619527540343_1853862851804643459_n

7. Pouvez-vous nous en dire plus sur le projet Court-Toit et le choix du nom « Les Courtisans » ?
Camille : On s’est très vite accordé sur la défense des formes brèves et du coup on a fait une recherche de champ lexical (oui oui) autour du mot « court ». Une amie et administratrice de l’association nous a proposé « Les Courtisans », qui pouvait à la fois donner un nom sympa pour les bénévoles et porteurs de projet et devenir un jeu de mot autour de « tiser », au cas où, si jamais, on ne sait jamais, … on deviendrait un bar associatif ou on développerait une micro-brasserie… ou bref !
Jérémy : Le projet Court-Toit, encore un magnifique jeu de mot… est l’aboutissement le plus abouti de nos réflexions ! C’est le nom que l’on a donné à ces cinémas miniatures et itinérants. Au nombre de un aujourd’hui, le deuxième Court-Toit est en cours de modélisation par l’association Avenir Bois, de l’Ecole Nationale Supérieure des Techniques et Industries du Bois (ENSTIB) d’Epinal : https://www.facebook.com/avenirbois/?fref=ts

8. Quelles ont été les grandes étapes de votre projet Court-Toit ?
Camille : L’étape la plus décisive a été la rencontre de Camille Tourneux, un jeune architecte, enseignant à l’Ecole d’Architecture de Nancy (ENSAN) et « directeur » du cabinet d’architecture « Les Etablissements Tourneux » : http://www.lesetablissementstourneux.fr
On l’a contacté après avoir vu ses réalisations pour le Festival Cabanes du Conseil Départemental de Moselle et il nous a répondu cash ! Il était motivé par notre projet et après une seule rencontre, il avait déjà beaucoup d’idées pour nous. En avril 2014, on commençait ainsi un chantier participatif à TCRM-Blida, pendant 7 jours, avec une quinzaine de personnes venues nous aider à découper, poncer, peindre, assembler … sous les bonnes directions de Camille (Tourneux) et de sa stagiaire Céline.
Jérémy : Très vite on a rencontré des organisateurs d’événements et de festivals intéressés par notre dispositif et en mai 2014 on installait pour la première fois le Court-Toit, sur le parvis de la Boite à Musique (BAM) à Borny pour le Concert de Solidarité des Libertés Chéries : https://www.facebook.com/LibertesC/
Ensuite les événements se sont succédés en Lorraine : Festival Cabanes du Conseil Départemental de Moselle, Festival International du Spectacle à Ciel Ouvert Hop Hop Hop, Metz Plage, la Fête de la soupe, Etudiant dans ma ville, Festival Charimatan de la Fédération des Foyers ruraux, Nancy Jazz Pulsations, Festival du Film Arabe de Fameck, Festival de documentaires Le Réel en vue…

12002217_442095419326087_1703401493046296608_n

9. À qui s’adresse ce projet ?
Camille : Ce projet s’adresse à tous sans barrière d’âge ou d’expérience. On va à la recherche de tous les publics. Par exemple entre Metz Plage, où on a surtout eu des enfants et le Festival du Film Arabe, où on a surtout eu des cinéphiles, on adapte notre programmation et notre discours. Mais le but c’est vraiment de créer du lien social entre différentes catégories socioprofessionnelles et différentes générations, en leur permettant de partager un moment bref mais intense, ensemble au sein de notre cinéma miniature.
Jérémy : On essaye vraiment d’installer le Court-Toit dans un maximum de lieux. On a testé le milieu rural, les zones urbaines sensibles, les festivals de musique, de théâtre, d’éducation populaire, de cinéma, d’architecture et bientôt qui sait, on testera des festivals. A court-terme, on aimerait aller plus vers les Vosges et la Meuse, puis vers les régions transfrontalières de la Grande Région (Wallonie, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat et Sarre). Par la suite pourquoi pas en Alsace et Champagne-Ardenne avec la fusion des régions … On a d’ailleurs déjà rencontré certains acteurs de la diffusion non commerciale dans ces deux régions voisines.

10. Depuis combien de temps travaillez-vous sur ce projet ?
Camille : On travaille sur l’idée de l’association depuis septembre 2014. La première assemblée (constitutive) a eu lieu en novembre 2014. Le tribunal a enregistré la constitution de notre association en mars 2015.
Jérémy : Oui l’administratif c’est toujours un démarrage un peu long, il faut être patient et constituer ses éléments de communication, écrire noir sur blanc ses valeurs et engagements, rencontrer un maximum de professionnels et accompagnants du monde associatif.

11. Comment sélectionnez-vous les courts-métrages qui sont diffusés ?
Camille : Aux rencontres professionnelles organisées par Image’Est (ancien Films en Lorraine), on a rencontré les Super 5 : http://studiosuper5.com
Ils ont accepté de nous filer leurs réalisations de grande qualité pour mettre dans notre Court-Toit et de fil en aiguille, on a rencontré pleins de réalisateurs aux projections de fin d’année des Beaux-Arts de Metz (ESAL) et de l’IECA de Nancy.
Jérémy : Ensuite on a rencontré des professionnelles au Fond Régional d’Art Contemporain (FRAC) de Metz, qui nous ont permis de diffuser certaines œuvres de leur catalogue.
Camille : Après on a fait du « binge-watching » sur des sites de compétitions de courts métrages ou en contactant des associations qui réalisaient des films d’ateliers.
Jérémy : Après c’est du bouche à oreille et des appels à courts-métrages par internet, comme http://cineaste.org
Le but étant d’avoir un catalogue le plus varié possible d’œuvres de qualité ne dépassant pas 15 minutes afin de pouvoir adapter notre programmation au lieu où l’on s’installe.

12. Où pouvons-nous assister à une projection ?
Camille : La prochaine et probablement dernière projection de l’année 2015 se déroule sur un weekend très particulier : « Le Jour le plus court », un événement national, mis en place par l’Agence du Court-métrage et le CNC : http://www.lejourlepluscourt.com/
Jérémy : Pour cet événement national, nous allons collaborer au niveau local avec l’association Cycl-One à la Maison de la Culture et des Loisirs (MCL) pour le vendredi 18 décembre et avec The Bloggers Cinéma Club à la Chaouée le dimanche 20 décembre. Venez ça va être chouette :  https://www.facebook.com/events/527005257464413/

11745374_420160331519596_8659154768898596493_n

13. Avez-vous des futurs événements à annoncer ?
Camille : Pour 2016, on a déjà beaucoup d’envies, des gros festivals de cinéma et des petites collaborations associatives, des lieux clés de notre vie culturelle et des espaces inconnus au bataillon… Quoi vous voulez plus de détails ?
Jérémy : Bon sans trop donner de fausses pistes, on peut évoquer une belle collaboration avec « The Bloggers Cinéma Club » : http://www.thebloggerscinemaclub.com/
Ils organisent le Festival du Film Subversif de Metz en juin 2016 et on y installera un Court-Toit avec une programmation de courts métrages subversifs…

14. Un mot à ajouter pour les lecteurs ?
Camille : Autant en profiter…
Jérémy : On est en perpétuel agrandissement de notre catalogue et on accepte avec grands plaisir vos films courts : web-tv, documentaires, clip, films d’ateliers, films expérimentaux et bien sûr courts métrages !
Camille : On cherche aussi des bénévoles motivés pour l’animation, l’installation, et les bonnes idées en général !
Jérémy : Si vous avez des envies de design et d’architectures, vous pouvez aussi nous contacter pour construire le troisième Court-Toit.
Camille : Si vous voulez nous rencontrer, on est installé dans nos nouveaux bureaux à TCRM-Blida, un super tiers-lieu pour créer et rencontrer d’autres artistes, associations et start-up : http://tcrm-blida.com/les-residents
Jérémy : Si vous souhaitez devenir nos partenaires, comme l’ont fait avant vous le Café Rubis, le Restaurant Baci, Divacore, la Ville de Metz, la DDCS ou le Conseil Régional de Lorraine, vous pouvez nous contacter à cette adresse :
Association Les Courtisans
66 rue Serpenoise
57000 METZ
Mail : asso.courtisans@gmail.com
Page Internet : assolescourtisans.wordpress.com
Facebook : http://www.facebook.com/courtisans
Tél : +33 (0)6 38 86 66 53
SIRET : 810 461 731 00012

11224378_377933275742302_3977406245202881387_n

Les Messes Basses

Leave a Reply

RELATED ARTICLES

Association Marie & Mathias, le 1er hommage à TCRM Blida

Association Marie & Mathias, le 1er hommage à TCRM Blida Popular

Share Tweet Marie Lausch et Mathias Dymarski, deux jeunes messins, ont été tués au Bataclan le 13 novembre dernier. Leurs familles et amis ont créé une association qui a pour

READ MORE
Le Gala Ruban Rose : une soirée pour les femmes, contre le cancer du sein

Le Gala Ruban Rose : une soirée pour les femmes, contre le cancer du sein

Share Tweet Vous commencez à nous connaître au fil de nos articles. Il y a des causes et initiatives qui, pour nous, se doivent d’être connues surtout quand on peut

READ MORE